Des Roussel qui se sont distingués

Plusieurs personnalités qui portent ou ont porté le patronyme ROUSSEL se sont distinguées, soit par leur génie, leur talent ou leur habileté exceptionnelle. Nous en présentons un certain nombre et nous espérons que vous apprécierez.


Albert Roussel, compositeur

Albert Roussel est né le 5 avril 1869 à Tourcoing et décédé le 23 août 1937 à Royan. Devenu orphelin en bas âge, il est élevé par son grand-père, puis par un de ses oncles. Admis à l'Ecole navale en 1887, il découvre le Proche-Orient en 1889, grâce aux voyages qu'il effectue sur le navire-école le Borda. En 1893, il effectuera une croisière en Extrême-Orient sur une canonnière, le Styx. En réalité, il s'est toujours intéressé à la musique, à laquelle il consacre ses jours de congé. À son retour d'Extrême-Orient, il obtient un congé de longue durée qu'il met à profit pour étudier l'harmonie au Conservatoire de Roubaix, sous la direction de Julien Koszul qui décèle les dons exceptionnels de son élève et l'envoie poursuivre ses études à Paris. Il étudie le piano, l'orgue, l'harmonie, le contrepoint avec Eugène Gigout, puis la composition et l'orchestration sous la direction de Vincent d'Indy à la Schola Cantorum. Il se marie en 1908, fait un voyage aux Indes, à Ceylan et au Cambodge, qui inspirera au musicien le triptyque des Evocations. En 1913, la création du ballet Le Festin de l'Araignée connaît un franc succès.

Albert Roussel n'est pas un artiste de l'effusion. Sa musique est construite et contrôlée. Elle vise à produire des formes grâce à des combinaisons sonores nouvelles. Pudeur, réserve et discipline caractérisent l'homme autant que l'oeuvre, malgré l'agilité de son écriture musicale, les élans dionysiaques dont elle est capable (Bacchus et Ariane). L' artiste est difficile à classer dans les courants esthétiques de son temps.

© Direction générale des relations culturelles, scientifiques et techniques du Ministère des Affaires Etrangères.


Antoine Roussel, fromager

Antoine Roussel était en fromager de Laqueuille, en Auvergne.  Comme plusieurs autres, il fabriquait des fromages qui bleuissaient de façon accidentelle durant leur entreposage dans les caves.

En 1854, Antoine commença à se poser des questions sur ce phénomène parce qu'il remarqua que ce bleuissement conférait une saveur très agréable et un parfum particulier à ses fromages.  Un jour, il s'intéressa aux travaux de Pasteur qui venaient de démontrer que les germes dans l'air pouvaient ensemencer des matières organiques. Il décida donc d'étudier et de perfectionner ce fromage bien spécial.  Au cours de ses expériences, il eut l'idée d'insérer des moisissures bleues de pain de seigle dans le fromage.  C'est alors qu'il inventa une «piqueuse» et la technique du «piquage».

Cette technique eut tellement de succès que plusieurs producteurs l'adoptèrent dans la région.  Le «Bleu d'Auvergne» a été défini par décret pour la première fois en 1937. Antoine ROUSSEL continua d'affiner ses procédés de fabrication et normalisa le format de ce qui deviendrait, en 1975, l'AOC «Bleu d'Auvergne».

Aujourd'hui, les fromages bleus d'Auvergne, sont considérés comme les meilleurs bleus au monde. La société fromagère de Riom a mis le marché le bleu d'Auvergne de marque Roussel, en hommage à ce grand fromager du dix-neuvième siècle. Ce fromage est vendu au Québec dans les grandes épiceries, notamment Loblaw's.

Les découvertes d'Antoine Roussel lui valurent une telle renommée, qu'on lui érigea une statue au milieu de la place du village de Laqueuille. La fromagerie fondée par Antoine Roussel en 1845 sous le nom de la Société fromagère Roussel est toujours en opération à Laqueuille et fabrique aujourd'hui les fromages bleus de marque Beulet.


Aurèle Roussel, héros de guerre

Aurèle Roussel est né à Amqui en Matapédia en 1923 du mariage d'Émile Roussel et Claudia Corriveau. En 1937, il s'inscrit au collège des Frères des Écoles chrétiennes de Québec. En 1944 il devient sentinelle à la base RAF de Debert en Nouvelle-Écosse. Ce premier contact avec l'aviation fut le début d'une extraordinaire odyssée. En 1942 il est promu lance-caporal et est affecté à la base de St-Hubert au Québec. En 1943 il entreprend son entraînement «Vol avancé». Il parfait ses techniques de combat, devient sous-lieutenant et s'entraîne sur les bombardiers Boston, Havoc et Mitchell.

Sa première mission l'amène au Pas-de-Calais en France. Le 6 juin 1944 il se retrouve dans le débarquement de Normandie avec un Spitfire IX. Il a participé à des batailles aériennes au-dessus de la France, de la Belgique, de la Hollande, de l'Allemagne et de la Grande-Bretagne. Son dernier vol a lieu le 31 décembre 1944 aux abords de la frontière allemande.

Pour ses performances, le colonel a été décoré de la Distinguish Flying Cross en 1944 et de nombreuses autres médailles de bravoure. De retour au Canada, le colonel Roussel a continué sa carrière pour l'Aviation canadienne. Il eut l'occasion de rencontrer de nombreuses célébrités dont: la reine Élizabeth d'Angleterre, le président John Kennedy et le Shah d'Iran. En juin 1974 il fut décoré de l'ordre du Service Militaire du Canada.

Le colonel Aurèle Roussel prit sa retraite en décembre 1977 et il se retira à Longueuil au sud de Montréal, avec la femme de sa vie jusqu'à son décès le 12 décembre 1995.


Cadet Roussel, notaire

Cadet Roussel a vraiment vécu. Guillaume-Joseph Roussel naquit à Orgelet dans le Jura, en 1743.  En 1763, il s'installe à Auxerre où il fait son apprentissage en droit comme clerc de notaire.   En 1781, il s'achète une maison qu'il fera agrandir pour en faire un véritable manoir.  Roussel était devenu une figure très importante à Auxerre. C'est au cours de la Révolution Française, qu'il se voit affubler du sobriquet de Cadet Roussel par les soldats.

"Trois maisons, trois habits, trois deniers et une épée ; trois beaux yeux, trois gros chiens et trois beaux chats...". C'est ainsi que la chanson décrit Guillaume-Joseph Roussel qui devint le héros d'une satire composée par des soldats de la Révolution.

Vers 1790, la chanson de Cadet Roussel, va gagner la France entière, interprétée sur l'air de la chanson de Jean Nivel, par les soldats de l'Yonne. En 1795, Cadet Roussel est mis en prison parce qu'on l'accusait d'avoir fait des arrestations arbitraires au sein du Comité révolutionnaire d'Auxerre. Il fut relâché après quelques mois. Cadet Roussel mourut en 1807 laissant sa chanson à toute l'humanité.


Claude Roussel, artiste

Claude Roussel est né en 1930 à Edmundston, Nouveau-Brunswick, Canada. Après son cours secondaire et quelques années de travail, il a étudié de 1950 a 1956 à l’École des beaux-arts de Montréal et a obtenu les diplômes de professorat et de sculpture.

De retour à Edmundston, il a été le premier artiste à donner des cours d'art dans les écoles publiques francophones de la Province. En 1959, il est devenu le conservateur adjoint de la Galerie d'art Beaverbrook à Fredericton. En 1961, il a reçu une bourse spéciale du Conseil des Arts du Canada qui l'a amené en Europe. En 1963, grâce à une autre bourse du Conseil des Arts, il est devenu artiste résident de l’Université de Moncton où parallèlement, il était; le pionnier de l'organisation des cours en arts visuels. En 1965, il y fonda une galerie d'art et y enseigna pendant 29 années. Depuis février 1992, il est retiré de l'enseignement et se consacre entièrement à sa carrière d'artiste. Il est un descendant direct du Breton Jacques Roussel.


Dominic Roussel, hockeyeur de la LNH

Dominic Roussel est né à Gatineau, QC, le 21 février 1970 de l'union d'André Roussel et Pauline Carrier. Ses grands-parents sont Camille Roussel et Adrienne Lévesque et son ancêtre est Jacques Roussel (Rouxel) originaire d'Évran en Bretagne.

Dès l'âge de 9 ans, il entreprenait sa première saison au hockey dans un club Atome C2 et avec son grand intérêt dans ce sport il se réalisa vedette dès l'âge 21 ans dans la Ligue nationale de hockey avec les Flyers de Philadelphie, les Jets de Winnipeg, les Predators de Nashville, les Mighty Ducks de Anaheim et les Oilers d'Edmonton.

On a pû le voir à plusieurs reprises à la télévision de Philadelphie et de Californie, de même qu'aux émissions sportives de TQS et de RDS au Québec.

Très généreux, Dominic a accepté d'être le porte parole d'un organisme charitable, La Source du Nord, qui apporte nourriture et vêtements aux démunis. En Philadelphie et en Californie, il aimait visiter les malades atteints du cancer (enfants et adultes) dans les hôpitaux.

Il est le fondateur de L'Académie Succès Hockey Dominic Roussel Inc qui offre aux gardiens de buts de tous âges un encadrement et une assistance professionnelle en fonction de leurs objectifs personnels.  Cette académie oeuvre principalement dans la région des Basses-Laurentides.


Édouard-Léon Roussel, photographe

Édouard-Léon Roussel naquit à Québec en 1881 de l’union de Joseph-Robert Roussel et Émilie Tourangeau. Il était l’arrière-arrière-petit-fils de l’ancêtre Robert-Léonard Roussel venu de Notre-Dame-des-Champs en Normandie vers 1770 pour s’établir à Saint-Michel-de-Bellechasse.

À quinze ans, Édouard-Léon se retrouve à Montréal où il travaille comme commis dans une pharmacie en face du théatre Amherst. C’est lui qui préparait les formules dont se servaient les photographes professionnels. Il aura vite fait de s’intéresser à la photographie et il réussit à se placer comme apprenti chez un professionnel de cet art. Après avoir étudié son métier, il revient à Québec, il rencontre Anna-Béatrice Vermette de Saint-Romuald. Elle a 18 ans, lui 22. Le 20 avril 1903, les tourtereaux se marient. L’épouse s’implique activement dans le métier de son mari. C’est elle qui développe et imprime les négatifs pendant que Léon est de plus en plus en demande et se construit une réputation enviable.

Léon et Anna-Béatrice eurent 18 enfants dont 10 décédèrent en bas âge. Parmi les survivants mentionnons Henri, qui devint musicien d’orchestre mais qui depuis, est devenu photographe comme son père et a installé son studio à quelques pas de l’endroit où vécurent ses parents. Membre de la Jeunesse libérale, Léon s’intéressait activement à la vie sociale de l’époque. C’est lui qui fut à l’origine du projet d’élargissement de la Côte d’Abraham à Québec qu’il mena d’ailleurs avec brio avec la bénédiction du maire Samson.

Édouard-Léon Roussel décéda sur la rue Saint-Olivier à Québec le 16 avril 1953. Ses funérailles eurent lieu le jour même où il devait fêter ses noces d’or. Avec lui disparaissait une figure bien familière de Québec; homme très méticuleux, un peu bohème mais d’une grande générosité, il était toujours de bonne humeur. De nos jours, les photographies signées Léon Roussel se retrouvent sur presque tous les murs des collèges et couvents de la région de Québec.


George Russell, Entrepreneur

Durant l’été de 1878, un jeune homme de 20 ans, George RUSSELL originaire de Cornwall, Ontario arrivait à Prince Albert et y fonda la première entreprise d’expédition de bétail et une véritable industrie de transformation et d’empaquetage de viande.

George s’intéressa également à l’élevage des moutons et eut un ranch à Colleston avec un associé du nom de James McArthur. En 1897, il construisit le premier traversier par cable qu’il mit en service sur la rivière North Saskatchewan et ceci marqua le début d’une importante poussée pour le commerce de Prince Albert. Son entreprise la plus importante fut sans contredit la Russell Meat Company qui comprenait un abattoir des plus modernes. Cette entreprise fournissait pratiquement toute la population de la région ainsi que de Regina, Moose Jaw, Saskatoon etc.

À Winnipeg, George avait travaillé comme boucher, puis comme cuisinier pour la Canadian National. C’est là qu’il apprit véritablement le métier de boucher puisqu’on lui confia la coupe et la distribution de la viande pour les camps du CNR. On raconte qu’il prenait les quartiers de boeuf sur son dos et allait les livrer à des distances de quatre milles. Après cet emploi pour le chemin de fer, il alla s’établir à Qu’Appelle comme boucher où il demeura cinq ans.

George Russell fut aussi propriétaire d’un magasin général à Prince Albert et d’un autre à Hoey, petit village de chemin de fer où il tenta de mettre un peu de vie.

George prit sa retraite en 1928 et vécut paisiblement avec sa famille jusqu’à l’âge de 90 ans. Il décédait en avril 1948. En plus d’être un homme d’affaires très adroit, il était l’un des meilleurs joueurs de curling à Prince Albert. Les ancêtres de Georges étaient nés dans la région de Montréal où vivent de nombreuses familles de descendants de Guillaume Roussel dit Sansoucy.


Jean-François Roussel, Ph.D, Professeur agrégé

Jean-François Roussel est professeur à l’Université de Montréal depuis 1997. Au fil des ans, il a exploré l’anthropologie théologique, les études sur les hommes, la corporalité et le trans-humanisme, la diversité religieuse, l’imaginaire colonial à propos des peuples autochtones, les théologies contextuelles des Amériques notamment en contexte autochtone, la réconciliation comme décolonisation après les pensionnats autochtones.

Sa recherche et ses enseignements actuels portent principalement sur les théologies contextuelles, les spiritualités autochtones anticoloniales d’ici et d’Amérique latine, l’analyse critique de l’imaginaire colonial à propos des peuples autochtones, plus spécifiquement dans une étude des représentations allochtones de Kateri Tekakwitha, et l’héritage de la Commission de vérité et réconciliation du Canada. Il s'’intéresse et il contribue à des militances progressistes d’inspiration chrétienne. Il poursuit aussi l’étude critique d’enjeux relatifs aux rapports entre hommes et religions.

Il a dirigé de nombreuses thèses et participé comme conférencier à de nombreux colloques au niveau international. Il a signé et co-signé de nombreuses publications relatives à ses enseignements.

Il est descendant de l'ancêtre breton Jacques Roussel et le fils de notre fondateur Maurice Roussel et feu Denise Fournier.


Marc R. Roussel, Ph.D, docteur en chimie

On dit de certaines personnes qu'elles ont un cerveau d'Einstein. Nous en avons repéré un en Alberta, à l'Université de Lethbridge. Son nom: Marc R. Roussel. Sa profession: professeur de faculté, recherchiste et auteur de nombreux ouvrages scientifiques à l'usage des étudiants universitaires et professionnels de chimie.

Il est né à Baie-Comeau du mariage de Valère Roussel et Marielle Dumais. Après avoir terminé son baccalauréat, Marc se dirige vers Toronto où il obtiendra successivement sa maîtrise et son doctorat en chimie. Il y rencontre la femme de sa vie, Catharine Oktaba qu'il épouse le 3 juin 1989. En 1993, on lui décerne le prix D.J. Leroy pour excellence en études de chimie physique.

En 1994, il obtient une bourse du Conseil de recherches en sciences naturelles et génie et il entreprend 10 mois de recherches avec Michael Mackay à l'Université McGill de Montréal. En 1995, l'Université de Lethbridge en ALberta lui offre un poste permanent. En 1999, il prend une courte période sabbatique pour aller travailler avec un collègue en Belgique. Il est l'auteur de plus de 60 livres scientifiques en biologie des systèmes, cinétique chimique et mathématiques appliquées. En avril 2013, il recevait un prix d'excellence de l'université de Lethbridge pour son oeuvre: A Life Scientist's Guide to Physical Chemistry.

Il est de la lignée bretonne de Jacques Roussel et l'arrière-arrière-petit-fils du pionnier Lambert Roussel du Bic.


Simone Roussel (Michèle Morgan)

Simone Roussel est née à Neuilly-sur-Seine en France, le 29 février 1920. Dès l'âge de 15 ans, elle étudia l'art dramatique et débuta au cinéma dans Mademoiselle Mozart. À 18 ans, elle partagea la vedette de Jean Gabin dans le film célèbre de Marcel Carné, Quai des brumes.

Au début de la guerre en 1939, Michèle Morgan déménagea aux États-Unis où elle s'engagea dans différents contrats mais malheureusement sa carrière américaine ne fut pas un succès, ce qui l'incita à retourner en France en 1946.

Dès son retour elle signa pour un rôle majeur dans La symphonie pastorale de Jean Delannoy et pour sa performance, elle reçut le trophée de la meilleure actrice de l'année lors du festival de Cannes. Par la suite, elle devint l'actrice la plus en demande et devint la vedette de nombreux films dont Marie-Antoinette.

Michèle Morgan a été décorée de la Légion d'honneur en 1968 et laissa le grand écran pour passer au théâtre. Durant sa retraite, Simone Roussel passa la majeure partie de ses loisirs à l'une de ses grandes passions, la peinture.

Elle est décédée le 20 décembre 2016 à Meudon, France.